LES UNITES DE RECHERCHE PARTENAIRES

Montpellier est un pôle majeur au niveau national pour la recherche sur la biodiversité et l'un des tous premiers centres européens. En regroupant huit laboratoires de recherche dans les champs de l’écologie et de l’évolution, Le LabEx CeMEB constitue un dispositif intégré regroupant au 1er janvier 2015, plus de 630 chercheurs et enseignants-chercheurs et 350 ITA / BIATSS (ingénieurs, techniciens et personnels administratifs).

AMAP
L’AMAP (botAnique et bioInforMatique de l'Architecture des Plantes) est centré sur la caractérisation et l'analyse de la diversité, de la structure et de l'organisation des plantes et des peuplements végétaux, dans les écosystèmes méditerranéens, tempérés et...
L’AMAP (botAnique et bioInforMatique de l'Architecture des Plantes) est centré sur la caractérisation et l'analyse de la diversité, de la structure et de l'organisation des plantes et des peuplements végétaux, dans les écosystèmes méditerranéens, tempérés et tropicaux. Il prend en compte la dimension phylogénétique et évolutive, s'intéresse aux plantes actuelles ou fossiles, cultivées ou se développant en conditions « naturelles » ou faiblement anthropisées.
 
Il s'appuie sur des méthodes originales qu'il contribue souvent à développer, telles que l'identification assistée par ordinateur, l'analyse de l'architecture et du développement des plantes, l'analyse biomécanique des végétaux, la représentation mathématique et informatique des organes, des plantes, des peuplements et des paysages, la modélisation de la croissance et de la dynamique des espèces et des peuplements.
 
Thématiques : botanique (systématique et structurale), écologie de la végétation, agronomie et la foresterie, informatique, mathématiques et statistiques appliquées.
Thierry FOURCAUD
CBGP
Les recherches du CBGP (Centre de Biologie pour la Gestion des populations) ont pour objectif de caractériser la biodiversité, d’en comprendre la structure, et les facteurs qui la modifient, afin d’en prédire l’évolution sous la contrainte des changements globaux (...
Les recherches du CBGP (Centre de Biologie pour la Gestion des populations) ont pour objectif de caractériser la biodiversité, d’en comprendre la structure, et les facteurs qui la modifient, afin d’en prédire l’évolution sous la contrainte des changements globaux (changements climatiques, anthropisation du milieu). 
 
L’unité travaille sur les modèles d’intérêt en agriculture, en sciences forestières, en santé ou en biodiversité. Elle développe des concepts et outils dans les champs disciplinaires de la systématique, de la génétique et de l'écologie et est elle-même précurseur dans le développement de certaines approches, notamment en systématique (outils génériques d’identification taxonomique associés à des bases de données adossées à des analyses phylogénétiques) et en génétique des populations théorique (méthodes d’inférence statistique et développement des logiciels  associés).
 
Les résultats sont mis à la disposition des partenaires pour développer des outils de diagnostic, d’aide à la décision et/ou pour définir des stratégies de gestion (lutte ou conservation).
 
Thématiques: caractérisation de la biodiversité, biologie des bioagresseurs et de leurs antagonistes, origine, évolution et conséquences des invasions biologiques, caractérisation des réservoirs des maladies émergentes, compréhension des règles d’assemblage des communautés.
 

 

Direction : Flavie VANLERBERGHE
CEFE
Le CEFE (Centre d'Écologie Fonctionnelle et Évolutive) développe des recherches sur la dynamique et le fonctionnement de la biodiversité et des écosystèmes dans un contexte de changements environnementaux à l’échelle planétaire et de développement durable.  
Le CEFE (Centre d'Écologie Fonctionnelle et Évolutive) développe des recherches sur la dynamique et le fonctionnement de la biodiversité et des écosystèmes dans un contexte de changements environnementaux à l’échelle planétaire et de développement durable. Une grande partie des recherches porte sur les écosystèmes méditerranéens et tropicaux, et s’appuient sur un tryptique observations / expérimentations / développements théoriques via des approches interdisciplinaires incluant des sciences humaines et sociales et les biomathématiques. Un objectif majeur est l’établissement de scénarios d’évolution des systèmes écologiques et de stratégies pour leur conservation, leur restauration ou leur réhabilitation.
 
Thématiques : 
  1. Action de l'Homme, systèmes anthropisés et écologie de la conservation.
  2. Valeur adaptative des traits d'histoire de vie en présence de contraintes.
  3. Rôle de la biodiversité dans le fonctionnement des écosystèmes.
  4. Changements globaux et fonctionnement des écosystèmes 
 
 
Direction : Richard JOFFRE
ECOTRON
Ecotron Montpellier est situé sur le campus de Baillarguet.
Ecotron Montpellier est situé sur le campus de Baillarguet. Il est constitué d’un bâtiment spécifique de 2000 m² qui accueille 3 plateaux expérimentaux : les macrocosmes (12 unités de 30 m3, 5 m² de surface d’écosystème chacune), mésocosmes (24 unités en cours de construction, 1 à 4 m3, 0,5 à 1,0 m² d’écosystème) et les microcosmes (de 16 à plus de 400 unités suivant le type d’écosystème étudié avec plantes vertes ou sans).
 
Les deux premiers plateaux sont conçus pour des écosystèmes terrestres en lumière naturelle et les microcosmes sont installés en laboratoire.
 
 
Directeur : Jacques ROY

 

IHPE
IHPE (UMR 5244, Interactions Hôtes-Pathogènes-Environnements) est une unité bi-localisée (Perpignan/Montpellier) qui étudie différents systèmes biologiques en interaction impliquant des espèces d’invertébrés d’intérêts médical ou vétérinaire (mollusques gastéropodes...

Nous développons des approches intégratives qui prennent en compte les paramètres environnementaux influençant ces interactions et ceci à différentes échelles : des mécanismes moléculaires les plus fins à des niveaux d’intégration populationnels voire évolutifs. Notre recherche s’inscrit donc à l’interface entre la biologie fonctionnelle et la biologie des populations, l’écologie et l’évolution. Pour atteindre ces objectifs, nous nous appuyons sur des ressources humaines, expérimentales et des plateformes techniques de premier plan qui nous permettent, sur nos différents modèles d'étude, de traiter d’importants jeux de données (méta/épi)génomiques et transcriptomiques à la fois sur les hôtes et sur leurs microorganismes ou pathogènes associés.

Directeur : Guillaume MITTA

Site Web

ISEM
L’Institut des Sciences de l’Évolution de Montpellier développe des recherches ur l’origine et la dynamique de la biodiversité, ainsi que sur les modalités et les mécanismes de son évolution.
L’Institut des Sciences de l’Évolution de Montpellier développe des recherches ur l’origine et la dynamique de la biodiversité, ainsi que sur les modalités et les mécanismes de son évolution. Ses recherches concernent tout autant la biodiversité actuelle que passée, et portent sur un large éventail d’organismes et de milieux en alliant approches de terrain, approches expérimentales et théoriques.
 
Les recherches intègrent (1) l’accélération des moyens de production de données et de la capacité à appréhender les différentes dimensions structurelles et fonctionnelles du vivant (du gène à l’écosystème) qui doit conduire vers une échelle globale d’appréhension des mécanismes de l’évolution à l’origine de la biodiversité, et (2) le questionnement scientifique et social portant sur les capacités de réponses de la biodiversité (organismes et/ou communautés) vis-à-vis des changements planétaires, qui induit un déplacement du champ des recherches évolutives vers des aspects plus appliqués et/ou prédictifs.
 
Champs disciplinaires : Biologie du développement et évolution, environnement, évolution et écologie des communautés, génomique intégrative, biologie évolutive humaine, évolution des poissons, génétique évolutive, métapopulations, diversité ichtyologique et aquaculture, évolution et domestication de l’ichtyofaune amazonienne, génomique de l’adaptation, paléontologie.
 
Direction : Agnès MIGNOT
 
LAMETA
Le Laboratoire Montpelliérain d’Economie Théorique et Appliquée), est une unité de recherche en sciences économiques, ayant développé historiquement une expertise référente en économie de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes.   
Le Laboratoire Montpelliérain d’Economie Théorique et Appliquée), est une unité de recherche en sciences économiques, ayant développé historiquement une expertise référente en économie de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes. 
 
Thématiques :  analyse des objectifs pour la conservation de la biodiversité, indicateurs multidimensionnels de biodiversité, évaluations de la biodiversité et des services écosystémiques, évaluation et gestion des espèces invasives à impacts ambivalents, gestion et partage des risques , gestion des ressources génétiques d’intérêt agronomique, évaluation des Aires Marines Protégés et gestion spatiale des ressources halieutiques, mécanismes internationaux pour les politiques de conservation, économie et politiques du paysage. 
 
 
Direction : Jean-Michel SALLES
MARBEC
L'UMR MARBEC (MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation) étudie la biodiversité marine des écosystèmes lagunaires, côtiers et hauturiers, principalement méditerranéens et tropicaux. Les recherches portent sur différents niveaux d'intégration, depuis les...

Présente sur trois sites en France métropolitaine (Sète, Montpellier, Palavas-les-Flots) ainsi que dans l’océan Indien, en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, l'UMR concentre ses efforts sur trois objectifs principaux :

> décrire la biodiversité marine, comprendre sa dynamique et le fonctionnement des écosystèmes marins ;

> analyser l'impact des pressions anthropiques sur ces écosystèmes et développer des scénarii de réponses au changement global ;

> concilier exploitation et conservation.

Direction : Laurent DAGORN

Site Internet

MIVEGEC
MIVEGEC (Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle) mène des recherches dans les domaines des maladies infectieuses et de nouvelles pathologies émergeantes liées aux changements environnementaux, climatiques et sociétaux.
MIVEGEC (Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle) mène des recherches dans les domaines des maladies infectieuses et de nouvelles pathologies émergeantes liées aux changements environnementaux, climatiques et sociétaux.
 
Les recherches de MIVEGEC portent sur :
  • l’écosystème, incluant ses variables physiques, biologiques et socio-économiques,
  • les populations d’hôtes (vertébrés et invertébrés) et celles d’agents pathogènes (virus, bactéries, parasites), avec leurs caractères phénotypiques, génétiques, évolutifs et de traits d’histoire de vie,
  • les agents pathogènes (génétique et biologie cellulaire),
  • les relations entre les composantes des systèmes telles que les interactions hôtes-agents pathogènes et en particulier les relations génome à génome.
 
Direction : Frédéric SIMARD